Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 12:09

M. Michel SAAD, lecteur du blog, vient de m’envoyer une information intéressante pour traiter la cochenille du papayer. Il a transmis ces mêmes observations à la Chambre d’Agriculture de la Réunion et aux journaux locaux de l'île.

Conscient de l’intérêt que représente cette découverte, il propose à des volontaires de tester le remède qu’il qualifie de « traitement radical » mais donne aussi des conseils de prudence concernant la manipulation des produits.

Voilà le texte qu’il vient de me faire parvenir :  il y relate sa démarche ainsi que les résultats obtenus. Merci à lui !

 

Si j’avais pu avoir ces infos en 2011, nous n’aurions pas eu besoin d’abattre les beaux papayers de notre jardin.

 

 papayer

 

Traitement de la cochenille du papayer

 

Par Michel SAAD

 

Premières recherches

Inutile de décrire cette peste blanche, cotonneuse, qui se niche entre les fruits et sous les feuilles du papayer, en extirpe le suc vital et se développe très rapidement jusqu’à l’épuisement de l’arbre.

Intéressé par le traitement des arbres infestés, j’ai pratiqué les méthodes communiquées de bouche à oreille, à savoir : nettoyer ces insectes avec un pinceau, les étouffer en les recouvrant d’une fine couche d’huile, de savon noir ou de savon vaisselle, et les déloger avec un jet d’eau le lendemain, couper et brûler feuilles et fruits infestés,… démarches louables, sans doute, à petite échelle, mais insignifiantes devant l’ampleur du fléau.

Il fallait un traitement rapide et radical.

 

Ma première idée a été l’utilisation de l’alun de potassium reconnu pour son innocuité dans le traitement d’eau potable. Hélas, sans effet sur les bestioles !

De la chimie ! Et si c’était la Soude ? Dangereuse à forte concentration pour l’homme et pour les plantes, bien diluée, elle éliminerait sûrement les jeunes bestioles… mais ce n’était pas la solution idéale puisqu’il fallait se protéger sérieusement et protéger l’environnement des embruns de ce produit caustique…

De la soude à l’acide, au vinaigre, au sel, à la bouillie bordelaise, au soufre, … mes arbres souffraient énormément de ces combinaisons d’apprenti sorcier, jusqu’au jour où j’ai pensé à l’eau mauve utilisée pour traiter mon eczéma… Dans ma petite pharmacie, un tube de comprimés de KMnO4 périmé depuis 91 attendait son tour. Inutile de vous avouer que, trop concentrées, les premiers traitements ont été catastrophiques pour les cochenilles et les papayers. Malgré cela, je pensais avoir trouvé le produit adéquat.  Il fallait continuer mes essais avec des solutions plus ou moins dosées, mais je ne disposais pas d’un champ de papayers pour les tester. Qui accepterait, en effet, de me laisser faire mes expériences, avec un produit douteux, dans sa cour ou sur ses arbres ?

La mise au point de la concentration a pris du retard.

.

 

Préparation de 2 litres de produit 

Maintenant, tout est prêt.

Si vous hésitez encore d’adopter mon traitement, ce qui est tout à fait normal, par curiosité, faites quand même un essai sur un arbre,… une feuille,… un fruit,… une cochenille ! … rien qu’une ! n’hésitez pas à m’appeler pour m’annoncer la suite de l’aventure.

 

Composition 

1- Un sachet de Permanganate de potassium en poudre, à 0.5 g, acheté en pharmacie

2- Deux cuillères à soupe de savon vaisselle liquide concentré,

3- Deux bouteilles vides

4- Une bouteille vide Edena ou Australine de contenance 2 litres

 

A suivre méticuleusement

1- Manipuler  le Permanganate avec précaution :

2- Ne touchez pas ce produit à main nue,

3- Ne le jetez pas n’importe où, 

4- Evitez de vous  improviser apprenti sorcier.

5- le ranger hors de portée des enfants

 

En présence de matière organique ou d’eau oxygénée, il y a un risque d’échauffement et d'explosion, que le permanganate soit à l'état solide ou en solution.

 

Utilisé comme agent mouillant pour adhérer au corps feutré des cochenilles, le  savon vaisselle concentré n’est pas miscible au permanganate. Il faut diluer ce savon à part et le permanganate à part avant de les mélanger :

 

Verser le contenu d’un sachet de permanganate en poudre dans une bouteille vide et propre, la remplir d’eau à moitié, agiter pour faire fondre le produit. L’eau prend une belle coloration violette.

 

Verser 2 cuillerées de savon vaisselle liquide concentré, dans une autre bouteille vide et propre, la remplir d’eau à moitié, agiter délicatement pour diluer. 

 

Verser le contenu de ces 2 bouteilles dans une bouteille de 2 litres vide et propre, Edena ou Australine, et compléter de la remplir avec de l’eau.

 

On obtient ainsi deux litres de produit prêts à l’emploi.

Utiliser un pulvérisateur et Traitez généreusement les cochenilles tous les 3 jours. Ne pas oublier celles qui sont nichées sous les feuilles.

 

Suivi du traitement

Au lendemain du premier traitement, les cochenilles perdent leur coloration nacrée et se dépouillent de leur manteau feutré.

Au deuxième traitement, elles s’exposent nues à un produit qui les chauffe et les détruit.

Après le troisième traitement, nettoyez les arbres avec un jet d’eau.

 

 

Attention !

 

Le permanganate de potassium peut tacher les vêtements et la peau, cela crée des taches marron. Le produit  doit être manipulé avec précaution. Les taches sur les vêtements peuvent être nettoyées en utilisant du sulfate de fer II. Les taches sur la peau disparaissent au bout de 3 semaines environ voire 1 mois et même plus dans certains cas. Les taches sur les ongles peuvent être éliminées avec de l'acide oxalique.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans protection de l'environnement
commenter cet article

commentaires