Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 02:05

Les lecteurs de mon blog ont souvent des idées très intéressantes à faire partager. Comme mon amie Sylvie B m'y a autorisée, je vous livre ses réflexions à propos du "Grand Raid". Bonne lecture !

« Grand événement : le Grand Raid, est désormais considéré comme un ultra trail de catégorie B.

Avec ce grand raid grande discussion entre ceux qui sont ravis de passer en B. Cela va faire venir des étrangers donc c’est bon pour les « coureurs pays » qui vont pouvoir se confronter aux autres et cela va apporter le tourisme. Les anti s’insurgent : « Oui, on nous dépossède de notre épreuve, elle n’aura plus rien de réunionnais… »

Comme d’habitude, il y a des surhumains qui vous tracent les 173 km en moins de 24 h avec un dénivelé positif de plus de 9000 mètres.
Avec un départ à Saint Pierre au bord de mer à 28°, arrivée 1h30 plus tard au 30e km au Textor à une altitude de plus de 2000 mètres, quasiment 0°, pluie et brouillard. Non seulement il y a la distance, mais il y a le dénivelé, les écarts de température, etc…

Nos connaissances ont terminé, l’un l’ultra-trail en 48 heures, et l’autre le Trail de Bourbon 93 km en 30 heures.

Saint Pierre se considère comme la ville qui bouge à la Réunion. Il y a quelques semaines le maire de Saint Pierre a raflé à Saint Leu en 2008 le festival de musique SAKIFO qui marche du feu de dieu. C’est la seule ville où il  y a une activité nocturne sur le front de mer.
Maintenant Saint Pierre a raflé non seulement le départ du Grand Raid qui avait lieu à Saint Philippe, mais aussi la remise des dossards qui se tenait à Saint Denis. Pendant trois jours, les commerçants z’arabes ont fait vivre le centre ville au rythme du grand raid avec des animations et des promos à -30%. Je ne suis pas allée voir car je connais ces promos de fond de magasin, les invendus depuis 20 ans.

 

Petite anecdote, l’an dernier un champion japonais, Tsuyoshi Kaburaki, était venu, il ne savait pas à quoi s’attendre. Il avait abandonné dans Mafate, et il a été très surpris quand on lui a dit que pour quitter Mafate c’était à pied, sauf si on avait une prescription médicale ou si on était prêt à débourser 6000 euros d’hélicoptère. Pas rebuté, il est revenu cette année accompagné de 15 compères. Cette année Yamamoto a terminé dans le top 10. Mais consternation, le Japonais sont arrivés vers 3 heurs du mat’ et personne de l’organisation du Grand Raid ni du tourisme pour les accueillir. Il y avait quand même leur traducteur… On a raté quelque chose. Les Américains, Norvégiens et autres ont été plus chouchoutés. Mais il semblerait que le Japonais reviendront : « C’était extraordinaire, dur, mais extraordinaire »

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article

commentaires