Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 11:19

Deux photos que j’ai prises la semaine dernière  au Tampon me semblent très proches : d’abord, c’est celle d’un margouillat qui a fini ses jours dans le chambranle d’une de nos porte-fenêtres puis, celle d’une vieille case qu’on désosse dans la rue Hubert Delisle.

 squelette de margouillat

case démolition 2

On ne peut rien contre le temps. Le sort du margouillat me laisse quelque peu indifférente parce qu’e toute une famille de ces reptiles a pris ses quartiers dans notre maison. Je ne suis pas déçue de la disparition d’un membre de cette famille dont les éléments quoique fort utiles laissent souvent des crottes sur les murs blancs. Même mes nappes en gardent des traces indélébiles.

 case démolition

Mais la destruction d’une vieille case, qui aurait mérité une restauration plutôt qu’une démolition me chagrine énormément. Encore un élément architectural du Tampon qui disparaît au profit d’un immeuble qui s’est littéralement collé au trottoir dans la rue descendant vers le marché couvert. Une mort annoncée qui aurait pu être évitée. Quand les termites sont dans le bois, on peut changer la charpente. Enfin, tout le monde ne raisonne pas comme moi…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Patrimoine de l'île
commenter cet article

commentaires

Colette 10/04/2012 23:04


En effet, c'est une solution bien radicale........