Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 08:16

Dans la plupart des communes de l’île, les maires n’ont pas souhaité accueillir les élèves dans les établissements primaires le 16 août, au motif qu’on n’a pas renouvelé la moitié des « contrats aidés ». La rentrée aura lieu pour tous le 20 août.  Kossa  il lé un contrat aidé ?

 

Le « contrat aidé » est un système pervers …

 

Les personnes qui ont un tel contrat sont effectivement  « aidées » 

- cet emploi les aide à survivre…

- cet emploi les aide à trouver une place dans la société.

- cet emploi les aide à retrouver un semblant de dignité.

- cet emploi est sensé les aider à acquérir une formation.

- Cet emploi les aide aussi à  pas être considéré comme chômeur. ( c’est bon pour les statistiques)

 

Or l’aide est temporaire : la plupart du temps, on ne pérennise pas le contractuel, et pour cause, ça revient bien moins cher à l’employeur. 

 

Mais sait-on qu’un tel contrat ne dure que 6 mois (renouvelable, au bon vouloir de l’employeur) et ne peut être renouvelé au-delà de trois ans ?

 

 

Ces emplois sont aussi une manne pour les élus qui distribuent ces fonctions souvent dans des buts électoralistes : votez pour moi et vous pourrez travailler à la cantine, vous pourrez travailler aux espaces verts,  etc… Là encore, quand les têtes changent, les contractuels en place sont menacés de disparition : on les remplace vite par des sympathisants.  Le népotisme et l’étiquette politique font fi des compétences et des réels besoins des structures et des administrations.

 

Bilan et conséquences de cette action ?

 

Finalement dans ce bras de fer avec les maires, l’Etat a eu le dernier mot :  c’est aux communes de prendre leurs responsabilités ; si ces dernières avaient  installé durablement les contractuels performants dans leur fonction, on n’en serait pas arrivé là : pendant 2 jours, des enseignants étaient à leur poste et les enfants n’étaient pas en classe. Cela aussi a un coût pour l’Etat (environ 12 h d’enseignement non faites et néanmoins payées par le contribuable, des bus affrétés roulant à vide) un coût aussi pour les familles ( des nourrices à trouver en urgence )

On respire… lundi les marmailles reprendront le chemin de l’école ! Mais ce n’est pas fini… Les « contrats aidés » non renouvelés et leurs sympathisants menacent de bloquer les routes dès mardi, et on sait ce que ça signifie à la Réunion : paralyser l’île, c’est embêter la population qui en a assez des embouteillages récurrents, c’est également nuire à l’économie. Le travail doit être une priorité, sinon, on va droit dans le mur !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Travail
commenter cet article

commentaires