Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 18:03

2e étape (2h25)

 

La montée depuis le Bassin Vital vers le point de vue du Hangar (30 minutes)

 

 P1120767

 

Nous quittons le bassin Vital pour prendre de la hauteur vers Bois de Nèfles.

P1120744

 

Dans cette ascension, je suis sidérée par le nombre incroyable de vavangues qui poussent ici. Mais les fruits sont secs : la sécheresse de cet hiver austral en est la cause. Bientôt le chemin s’élargit, on marche sur de la terre battue, une allée mène au bord d’un rempart d’où on a une vue plongeante sur le Bassin Vital.

 

 P1120765

 

P1120771

 

Du Hangar  à la jonction du sentier balisé (35 minutes)

 

Il nous aura fallu environ une heure depuis le parking pour atteindre cette plateforme du Hangar, lieu-dit de  Bois de Nèfles.


P1120775

 

Nous continuons à monter et le chemin est couvert de plaques de béton.

P1120778

Nous prendrons un chemin à droite qui passe entre des maisons qui portent les n°47 et 77. Une tache dans ce décor : des détritus posés à l’angle des deux rues.


P1120781

Voilà qu’on quitte la zone habitée, et dix minutes plus tard après une  petite descente dans une ravine,

 

P1120785

 

puis une alternance de petites montées et de petits dénivelés, on est récompensé de ses efforts par une jolie vue sur la côte  Ouest ( la baie de St Paul, la Plaine, le Port et  ses grues…)

 

P1120792

 

De nombreux chocas jalonnent le parcours. Bientôt le chemin se scinde en deux, nos guides hésitent une fraction de seconde puis l’option est prise : il faut suivre le chemin qui monte à gauche ( pas de balisage), puis escalader de gros blocs de roches, puis suivre la route qui n’en finit pas de grimper entre les habitations, et cela depuis 20 minutes ( à partir de la jolie vue).

 

C’est la portion du parcours la moins agréable, parce que l’ombre fait défaut, qu’il va être midi et que les jambes des moins aguerris fatiguent. Bientôt nous voilà  près du muret en moellons qui annonce la descente vers St Paul. Le marmaille de 6 ans qui nous accompagne ramasse une petite pomme verte, c’est la pomme jacot. Là, tous s’attendent et cassent une petite graine ( macatia, amandes, pomme, …) et se désaltèrent. 

 

De la jonction du chemin Macé  vers le parking  (1 heure )

 

Dès cet instant,  on ne cessera de descendre ce dénivelé de plus de 300 mètres, en longeant sur une centaine de pas des cases luxueuses.

P1120801      

Au bord de ce sentier poussent des fleurs blanches au parfum capiteux, je suis incapable de les identifier.

P1120805

 

   Les articulations souffrent davantage dans les descentes, et les muscles sont contractés, c’est l’occasion pour une novice de tester l’utilisation du bâton de marche. Les randonneurs les plus expérimentés préfèrent avancer rapidement, sans freiner. L’entorse guette si on ne prend garde… Le gamin doit être porté parce que les chaussures ont blessé les petits pieds, à force de frapper contre les orteils (d’où l’intérêt de chausser des souliers moins étroits et de prévoir de grosses chaussettes). Les paysages sont superbes, le vert des champs et des bois tranche sur le bleu profond de l’océan, et le « bleu ciel » du ciel… 

P1120802

 

Nous mettrons une heure pour rejoindre le parking en ménageant une petite pause aux 2/ 3 de la portion restante, une longue pause très agréable, à proximité d’une végétation étrange : des lianes grasses grises habillent les arbres.

P1120814

Encore un petit raidillon à descendre et nous voilà dans la ravine Bassin, un endroit que nous connaissons déjà. La boucle est bouclée. C’était une jolie promenade.

 

Au final, nous aurons mis 3 heures pour effectuer toute la boucle. Et nous avons pris 30 minutes au total pour nous reposer et profiter des paysages. 

Enfin, après nous être déchaussés, nous sommes remontés dans les voitures pour nous arrêter 200 m plus loin, près du moulin à eau et d’une source limpide  sous la frondaison de vieux arbres, pour partager nos entrées, salades, gâteaux et boissons. Sylvain a une glacière bien remplie, il a tout prévu, même le café. Pour ceux qui veulent une dodo bien fraîche, qu’à cela ne tienne, tout près d’ici se trouve une gargote bien achalandée : le Snack –Bar du Moulin à Eau. On nous donnera  également des glaçons à poser sur la cheville endolorie d’une de nos randonneuses. Le pique-nique s’est éternisé pour la bonheur de tous les participants. Une jolie escapade !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée
commenter cet article

commentaires