Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 18:10

Marie Claire nous a conseillé de faire une promenade intéressante vers une crique paradisiaque, située au Nord de Lokaro en passant par le village de Vaturuk. Voilà le récit de ce début de promenade.

De Lokaro à Vatoroka (Vaturuk)

Le village voisin de Lokaro se situe à une vingtaine de minutes de marche. Accompagnés de Rumbak, nous sommes partis vers 9h30 alors que le soleil était déjà haut dans le ciel mais habitués aux fortes chaleurs nous avions prévu chapeaux, bouteilles d’eau, crème solaire, anti-moustique…

 vers Vaturuk 0

C’est une petite expédition par le sentier étroit qui mène à Vatoroka, dans une succession de paysages variés. Parfois, il faut marcher dans des endroits humides.

vaturuk 1 vatururuk 3

Et voilà, mon bermuda est maculé de projections de boue. Pas agréable du tout ! Mais quelques mètres plus loin, on franchit une autre zone humide, où l’eau est plus profonde et j’en profite pour bien frotter le tissu, qui sèchera en un clin d’œil.

vaturuk 1a  vaturuk 2

Les ravenales sont là pour nous rappeler que l'eau est proche. Parfois nous marchons sur de la roche, parfois dans du sable.

vaturuk 4

 vaturuk 6

A notre gauche, le lac que nous longerons jusqu’à Vaturuk.

vaturuk 5

  De temps à autre nous apercevons des rizières.  

vaturuk 7

  Après un quart d’heure de marche, nos apercevons les cases du village en contrebas.

vaturuk 8

 vaturuk 9

   Le sentier est sablonneux. Parfois, près des maisons, on remarque des filets de pêcheurs. Que d’enfants ! En 2009, une vingtaine d’enfants ont vu le jour dans ce village.

vaturuk 9b

   Ce qui surprend est que c’est un jour de classe et que tous n’ont pas la chance d’assister aux cours, à moins que l’instituteur ne soit malade. Il paraît que beaucoup d’enfants de Vaturuk vont à l’ école de Lokaro, question de choix ! ils empruntent donc chaque matin et chaque soir le sentier par lequel nous sommes venus.

vaturuk 9a

  A Vaturuk, la population est bien plus importante qu’à Lokaro - environ 300 habitants (à vérifier) - , et davantage de gens cultivent la terre, élèvent des poules, des zébus… Le zébu était un hôte indésirable à Lokaro, parce qu’il mangeait les arbres fruitiers fraîchement plantés, il attirait les mouches… Peut-être que dans le village voisin, il a davantage d’espace !

Si certains Vatorokais partent pêcher le poisson, d’autres élèvent des crevettes. De nombreux endroits d’élevage sont visibles au bord du lac. Je regrette de ne pas m’être approchée davantage pour apprendre comment on procède…

vaturuk 9d

Sur la colline, une dame nous fait de grands signes depuis sa hutte, c’est une des « casseuses de pierres » qui a travaillé avec l’équipe à la construction de la Case – Santé. Rumbak s’éloigne quelques instants pour aller saluer des connaissances.

 

vaturuk 9c

 Le village est assez étendu. Ce qui frappe, c'est l'extrême dénuement des gens, on a l'impression que chaque jour est un combat pour trouver sa subsistance ; à plusieurs reprises, ils sont venus prêter main-forte à l'association AAHL ( transport de matériaux, taille des pierres...) pour gagner des ariarys. Chaque jour, la petite pêcheuse de crevette faisait la navette entre les deux villages, parfois elle avait un énorme poisson à proposer, et tout ça elle le portait ...

Question hygiène et santé, on ne peut que se révolter de voir dans quel état déplorable on peut laisser autant d'habitants...

 Nous quittons le village pour nous rendre à la crique. A notre gauche, un bâtiment en dur qui jure avec les constructions en falaf des habitants. Il n’a rien de pittoresque, mais semble solide : c’est l’école !

vaturuk 9e

 Nous poursuivons notre chemin et grimpons sur la colline (à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans voyages Ocean Indien
commenter cet article

commentaires

jeannette 19/02/2011 18:15



bonjour à vous,


quel beau voyage! j'ai regardé avec plaisir et intérêt ces belles photos accompagnées de commentaires et admiré le travail auquel a participé François. quel écart entre ce monde et ce que nous
connaissons. bravo à vous.



Jacqueline Dallem 19/02/2011 19:27



Oui, en revenant de Mada, on se dit que l'humanité a encore des progrès à faire pour que chacun puisse vivre décemment. Et malgré leur dénuement, leur illettrisme et leurs problèmes
sanitaires, ces habitants de Lokaro sont riches :  ils ont tellement de choses à nous apprendre.Ils respectent leur environnement, ne font pas de surpêche, vivent au rythme du soleil, se
serrent les coudes, font travailler leurs muscles, font preuve de curiosité... Ils ne sont pas encore corrompus par la civilisation, travaillent pour gagner leur vie. On peut regretter que leur
gouvernement ne les aide pas à mieux vivre, surtout dans le domaine de la Santé. J'espère que tu auras un jour l'occasion de faire un petit séjour dans ce village, pourquoi pas quand tu seras
retraitée ...