Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 11:42

Avec Angèle et Myriam, nos amies métro, nous avons pris la direction du Sud vers les coulées de lave. Le paysage évolue au fil du temps et c’est la présence de la végétation sur le basalte qui nous surprend le plus.

Au Cap méchant, on marche sur du  gazon pique-fesse, un tapis fin et clair. Du manioc bord de mer d’un vert luisant tranche sur le noir de la roche et le vert clair de l’herbe. Un peu partout pousse le vacoa aux racines élancées.

 P1160035

P1160037

Petit arrêt près du souffleur d’Arbonne où les vacoas et les filaos se balancent au vent.

 P1160043

Au puits arabe, ce sont les filaos et les vacoas qui se disputent l’espace.

P1160058 

Au Grand Brûlé sur la coulée de 2007,  on se rend le mieux compte du pouvoir qu'a nature à se régénérer. Le vent, les oiseaux, disséminent les graines sur la lave refroidie. Aux pieds de Myriam une touffe a pris racine.

P1160076

Là, entre les marches qui mènent au belvédère de la coulée se dresse une petite fougère effilée à pennes courtes et larges  il s’agit du nephrolepsis abrupta. Ce cryptogame est visible sur les coulées récentes.

P1160078 

Le basalte est parfois recouvert d’un lichen blanc, le stereocaulon vulcani, communément appelé Fleur de roche.

 P1160081

Sur la coulée située près du rempart de la Rivière de l’Est pousse une plante surprenante à longues feuilles fines, aux fruits singuliers, qui pendent comme des grappes. On l’appelle ortie chapelet ou bois chapelet pour cette raison. Le nom latin de cette urticacée est boehmeria pendulifora.

P1160092

Et l'inventaire est loin d'être achevé...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans végétation
commenter cet article

commentaires