Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 15:57

P1120887b  La sortie de Saint Leu – vers Etang Salé- a changé de paysage, ou plutôt n’a plus de paysage du tout. La végétation a fait place au béton.  Des bâtiments à étages ont poussé comme des champignons sur la gauche. Il paraîtrait qu’il s’agit là de logements sociaux, mais aussi d’appartements destinés à être loués ou rachetés par des particuliers (nantis, cela va sans dire) 


P1120884

Que reste-t-il de la bande littorale arborée qu'un gouverneur de l'île prévoyant souhaitait large de 50 mètres ? 


 Et à droite, de la Nationale, il ne reste qu’une énorme plate-forme grise, destinée à accueillir des voitures, un énorme parking ! Les deux petits snacks-bars ont heureusement survécu, mais on hésite à s’arrêter là, rebuté par le caractère impersonnel de l’endroit.

 P1120888 

 

Je demande à un jeune homme de St Leu qui vend là des fraises de Montvert ce qu’il est advenu du Four à Chaux, il me dit en regardant le parking en chantier : « C’est ce qui reste, rien, tout a été rasé. »


P1120885


Comme je veux en avoir le cœur net, offusquée à l’idée qu’on peut ainsi impunément détruire un Monument Historique classé en 1996, je m'aventure sur le chantier désert ce jour-là. Coincé entre la RN et le parking en construction, un tas de pierres caché par quelques arbres attire mon regard. Je me fraye un passage dans les hautes herbes sèches et réalise que les bâtiments sont toujours là, on voit même un four,  mais dans quel état… difficile à imaginer, cela fera l’objet d’un prochain article. 

L’intérêt de cette zone pour certains Saint Leusiens est qu’ils peuvent, le dimanche, y amener les enfants pour faire du vélo par exemple… Mais pour l’attrait touristique, la copie est à revoir !


 P1120886

Si les Anciens revenaient, ils seraient scandalisés. Déjà en 1859, dans l’Album de l’île de la Réunion,  J.M. Raffray s’indignait de la destruction des forêts à Saint Leu : la plantation de la canne qui a suppléé celle des caféiers aurait été à l’origine de la disparition d’un biotope exceptionnel.

 

Voilà le texte de M. Raffray (dessinateur, collaborateur d’A. Roussin)


« La canne envahit de jour en jour d’une manière inquiétant pour l’avenir. Toutes ces campagnes si fraîches, si pleines d’ombrage et de parfums ; tous les vergers couverts d’arbres fruitiers, de bibassiers, de jam-rosa, d’orangers aux pommes d’or ; tous ces ravins ombreux et parfumés, tout cela est détruit. Le sol se dénude, et partout jusqu’où l’œil peut s’étendre, on n’aperçoit  que cette verdure uniforme de la canne. La campagne n’a plus d’ombre, plus de parfums, plus d’oiseaux, plus d’attraits, plus d’harmonies ! Rien que le bruissement inharmonieux des feuilles de ce roseau africain agitées par la brise, ou l’éternel écho des vagues qui frappent avec colère les coraux qu’elles arrachent à leur base et renvoient broyés sur la plage.

Quand on traverse Saint Leu, de même que tous ces terrains qui s’étendent entre Saint Paul et Saint Leu, on constate avec douleur les instincts dévastateurs des premiers colons, ainsi que ceux de nos industriels actuels, aussi aveugles et plus âpres encore que le premiers… »

  Ce dernier paragraphe pourrait bien s’appliquer à l’actualité… Aujourd’hui, c’est le béton qui remplace la Nature… et j’ajouterais qu’au bruit des vagues s’ajoute le bruit de la circulation… 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans logement
commenter cet article

commentaires