Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 19:43

Chez Jimmy au snack-bar "Le Marla."

 

S’arrêter au « Snack-Bar le Marla » chez Jimmy vaut le coup, ne serait-ce que pour voir les décorations qui vous accueillent dès l’entrée dans le chalet.

Quand le maître de maison n’est pas là, il suffit de suivre ses conseils comme l’indique ce panneau : Si na point personne inkiete pa ou. Aou pou crié « NA D’MOUN !  autrement dit S’il n’y a personne, ne pas s’inquiéter et crier « Est-ce qu’il y a quelqu’un ? (il y a du monde ?) » 

 

P1130865

 

Puis au-dessus du comptoir une plaque simulant une entrée d’agglomération  signale que sur la N107 nous sommes au « Club des Fêtards , chef-lieu des gueuletons bien arrosés accès interdit aux couche-tôt ». 

 

P1130868

 

Dans un coin de cette pièce une superbe illustration pour mettre en valeur le jeu de fléchettes. Cela nous rappelle l'irlande et ses pubs légendaires tous équipés de cet accessoire. François de me faire rematquer qu'il manque "le crachoir"


P1130867

 

De cet endroit nous avons une vue sur une salle à manger équipée de plusieurs tables. 

 

P1130866

 

Sur le mur qui fait face à la cible, une peinture représentant au fond le sommet du Taïbit, porte d’entrée du Cirque de  Mafate et accrochés à une corde des randonneurs qui imaginent la descente en rappel. Au premier plan une danseuse de maloya et un musicien agitant le kayamb.

 

P1130869

 

L’endroit semble très hospitalier . A l’aller nous  y ferons une pause bien méritée et boirons une dodo (ou un jus) sur la terrasse. Un randonneur flamand immortalise cet arrêt.

 

 P1130872

 

De cette varangue,  nous voyons les enfants qui jouent dans la cour de l’école et les randonneurs qui descendent ou montent sur le GR dans Marla. A notre  retour, le lendemain,  les propriétaires préparent le cari à l’extérieur, nous nous arrêterons une nouvelle fois pour boire un coup. 

P1130874

Comme nous connaissons maintenant les habitudes de la maison, nous appelons. Mais cette fois-ci, je demanderai un chocolat chaud que Catherine Hoarau,  me servira dans un grand bol fumant. Excellent ! Elle nous expliquera qu’ils ont aussi un gîte. Nous bavarderons un bon moment avec cette charmante dame dont la fillette fréquente l’école à deux pas de là.  Un couple de randonneurs s’arrête pour commander des samoussas et des bouchons, pendant que d’autres démontent la tente qu’ils ont installée à deux pas : on arrive, on repart, mais faut avouer qu'il faut de bonnes jambes pour accéder à cet endroit fabuleux où on n'entend jamis  le vrombissement des voitures, et pour cause, c'est le paradis du piéton.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée
commenter cet article

commentaires

Camille 29/07/2014 12:35


Le lieu semble superbe !

Jacqueline Dallem 31/07/2014 19:50



Effectivement, rien de tel pour se ressourcer que de programmer une expédition à Mafate, à condition d'être bien entraîné et d'aimer la vie simple et les merveilleux paysages !