Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 20:22

Des rues à la Réunion, il y en a, et des chemins aussi. Difficile de répertorier toutes les voies de circulation de la Réunion, il en naît régulièrement d’autres. Parfois il n’est pas aisé de demander sa route. Et souvent les chemins débouchent dans des champs de cannes où personne ne peut vous aider.

 

La difficulté de trouver sa route est parfois liée à  complexité du nom :  « la rue Alléguirassamy, Alliguerrissama.. heu…  s’il vous plaît », il faut se souvenir de toutes les syllabes du patronyme de cet habitant de la Cafrine pour être renseigné. 

Parfois cette difficulté est liée à la prononciation : demandez toujours la rue Payé (pour Payet), on ne vous entendra pas, car il faut dire « la rue « Payette ».

 

Ce qui surprend le zoreill’ fraîchement débarqué est le nombre de rues aux noms très proches :  Chemin N. Hoareau, Chemin A. Hoareau, Chemin Epidaure Hoareau, … du nom du propriétaire du champ où se sont implantées de nouvelles constructions. Vous vendez vos terrains, vous entrez dans la postérité. Impensable en métropole.  A la Réunion, nul besoin d’être célèbre pour avoir une rue à son nom. 

 

Cependant des personnages ayant participé au développement de la Réunion (des politiciens, des industriels…) ont aussi droit à leur rue : la Rue Archambaud, la rue Hibon, la rue Isautier, la rue Adam de Villiers … Le nom qui doit être le plus fréquent pour les grands axes des villes est sans conteste « Hubert Delisle », cet homme qui a compris la nécessité de construire des routes pour briser l’isolement de ses concitoyens.

A Trois Mares, de nombreuses rues portent le nom de pointures littéraires de la littérature française. Cela fait plaisir : on peut  habiter la Rue St Exupéry, la rue Voltaire ou la rue Montaigne, Bernardin de St Pierre ou encore la rue Joachim du Bellay ( là aussi quelle galère pour épeler le nom de sa rue dans les administrations) Tout le monde n’a pas eu l’occasion d’aller en première et de lire les poètes dans les Lagarde et Michard . La rue Charles Baudelaire longtemps a souffert de la faute d’orthographe, sur les plans on liisait « Beaudelaire », ça fait plus beau ?!

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Langue
commenter cet article

commentaires