Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 10:04

Le touriste qui visite la Réunion connaît certainement les « gratons » du Formica Léo, du Piton de la Fournaise  ou du Piton Chisny,  ces scories qui ne facilitent pas sa progression et qui crissent sous les pas.  Parfois, il  arrive qu’il glisse et de s’écorche les genoux et les coudes. Plus rarement, il  lui arrive d’y prendre goût…

Pourtant, il existe des gratons qu’on peut apprécier, notamment en cuisine. 

 

Il s’agit de ces gratons qu’on vend dans les boucheries. Le graton, c’est de la couenne de porc frite et dégraissée, parfois servie avec l’apéro. 

 

 

Le 1er mai, chez  nos amis Jean Paul et Nicole, nous avons été invités à manger et l’un des plats servis était un « rougail gratons. » C’est bien la première fois en 5 ans que nous avons l’occasion de déguster ce plat créole. 

Bien qu’on m’avertisse de son caractère assez pimenté, je comptais bien le goûter. Pas mal  finalement !  J’étais agréablement surprise par la consistance de la couenne et par le goût relevé de ce mets.


                               rougail-graton.JPG

 

Jean Paul qui était aux fourneaux m’explique sa recette : 

«Tu coupes finement l’oignon en rondelles, puis tu écrases l’ail, le piment et le sel dans un pilon. Il faut faire fevenir tous ces ingrédients dans une poêle et ensuite ajouter des tomates. Laisser cuire à feu doux

Pendant ce temps, on écrase les gratons dans le pilon. Les ajouter  dans la poêle, ajouter un peu d'eau, laisser mijoter et servir avec du riz ou du maïs. »

Quand je parle de cari graton, Nicole me corrige : « Dans un rougail on émince l’oignon en le coupant en rondelles, d’où l’appellation rougail . Pour le cari, précise-t-elle,  l’oignon n’est pas coupé de la même façon…" 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article

commentaires