Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 18:12

Nous n’avons pas téléphoné pour réserver et dès notre descente du taxi, nous sommesNahampoana 01 (2)  accueillis par un jeune guide du parc. Nous le suivons  dans  ce qui ressemblait à une « allée cavalière » ombragée par de hauts bambous, puis bordée de magnifiques alamandas jaune vif . Nous, qui redoutons la chaleur, n’aurons à nous en plaindre de toute la visite qui  durera plus d’une heure.

 

Tout en prenant la direction du bâtiment central, nous pouvons  remarquer de part et d’autre du chemin des pépinières d’arbres, de fleurs ornementales… Ce parc de 50 ha était à l’origine « un jardin d’essai » de 100 ha administré par un certain M. Marchal. La maison date de 1912. L’Etat malgache avait récupéré ce jardin après  la proclamation de l'indépendance, pour y planter des arbres. Mais  le domaine devient privé en 1997. L’heureux propriétaire  gère ce domaine en partenariat avec l’Etat.

  Notre guide nous fait d’abord rencontrer les 4 types de lémuriens qui habitent les lieux (cf article du 11.2.2011), et des tortues radiatas (ces fameuses tortues à la carapace étoilée menacées d’extinction sur la Grande Ile).

  Puis il nous emmène  dans la zone sèche où poussent d’énormes cactus, des épineux…  C’est un tableau pittoresque avec les montagnes en arrière-plan.

réserve Nahampoana 02

 En chemin, nous croisons un bébé caméléon, repéré par l’œil exercé de notre guide.

réserve Nahampoana 01

 Ce dernier en nous montrant le jambrosade précise que l’arbre a des vertus antidiarrhéïques, renseignement précieux pour tous ceux qui redoutent la « tourista ». Rencontre avec une araignée singulière : l’araignée-crabe !

 

réserve Nahampoana 03

  Nous sommes très impressionnés par la taille des eucalyptus d’Australie, des arbres au tronc blanc lisse, centenaires…

réserve Nahampoana 04 réserve Nahampoana 06

Nous longeons  bientôt une petite zone clôturée : dans une mare aux eaux ocre, deux rochers oblongs affleurent…  Eh non, ce ne sont pas des cailloux, mais bien des têtes de crocodiles. Malgré le bruit fait par le guide qui essaye de les faire sortir de l’eau, rien n’y a fait … ils se complaisent dans leur bain !

réserve Nahampoana 07

Là, nous prenons la direction de la bambouseraie : c’est le règne du bambou de Chine, au tronc jaune rayé de dessins verts, des bambous canne à pêche, des gros bambous...

 réserve Nahampoana 05 réserve Nahampoana 08

                                                                                 la bambouseraie

 A plusieurs reprises nous avons vu là des « arbres à papier » : l’écorce du tronc réserve de Nahampoana arbre à papiers’effeuille comme du papier, et il paraît qu’on utilise cette matière pour colmater les entrées d’eau des pirogues.

 

 

 

Nous faisons un halte à un point d’eau. Sur cette retenue, qui est très prisée par les ornithologues, les entomologistes… a été aménagée une petite plateforme en bois couverte. On peut s’y asseoir, ou s’accouder pour observer une foule d’animaux  et d’insectes : des libellules, des papillons, un martin-pêcheur bleu, un lézard (le plus grand de Madagascar) nous certifie le guide.

réserve Nahampoana 09

                                                  lézard

réserve Nahampoana 10                                                                                    martin pêcheur 

  Nous quittons le point d'eau et passons devant un alambic qui servait à distiller des huiles essentielles, notamment avec le camphre.

Une trentaine d’employés entretiennent ce fabuleux espace de 50 ha. On y trouve des cerisiers du Brésil, des eucalyptus d’Australie, des euphorbes, du sisal, du camphre, du giroflier… et du bétel (cette herbe coupe-faim également consommée en Inde) . Nous passerons aussi sous un arbre gigantesque qu'on appelle ici "l'arbre de Gallieni" parce que le général avait coutume de venir s'y reposer quand il était de passage.

Un panneau indique la direction d’une cascade (conseillée dans le Guide du Routard) et d'une grotte. Nous croiserons des touristes qui ont fait la balade et en sont reveneus enchantés.

 Mais le temps nous est compté, et nous n’avons pasréserve Nahampoana 12 encore fait le tour de la réserve en barque : ce canal marque la limite de la réserve. Avec nos deux rameurs, nous voguons sur un canal étroit au milieu d’arbres gigantesques, et essayons d’éviter les oreilles d’éléphants, ces grosses feuilles qui ressemblent à des feuilles de sauge et qui pullulent ici ! La balade au fil de l’eau est sympathique.

 

  Il fut un temps, ils la faisaient en pirogue, mais on préfère la stabilité pour le touriste. Des  villageois viennent ici laver leur linge, se laver, se baigner, jouer… Les crocodiles s’y prélassaient aussi autrefois, et les habitants des environs les ont abattus pour qu’ils ne dévorent pas leurs enfants.

reserve Nahampoana 15

 Nous voilà de retour au bâtiment central ; là,  nous buvons une bonne bière locale, bien fraîche (une THB : three horses beer)  sur la véranda, dans des fauteuils confortables, puis on a nous appelle pour déjeuner.

  Nous ne payons qu’ après la visite guidée. On nous a préparé, comme nous l'avions demandé à notre arrivée  un bon repas qu’onréserve Nahampoana 13 servi deux heures plus tard,  en plein air sous les arbres, pour un prix non excessif. Le montant de cette sortie : 22000 ariarys de visite (environ 8 euros), 10000 le plat (poulet en sauce et accompagnement)1000 ariarys la bouteille d'eau,  1000 ariarys le café.

 

  Nous rejoignons notre chauffeur de taxi qui nous attend à l’entrée du parc.

 

Une visite à recommander !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans voyages Ocean Indien
commenter cet article

commentaires