Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 18:37

 Nul besoin de partir à la recherche de poisson : chaque matin des pirogues de pêcheurs passent devant notre case. Parfois, c’est pour aller relever des filets, ou pour aller lancer la ligne au large, d’autres fois, ils s’approchent du rivage en attendant que nous les hélions.

pêche voile

Il leur arrive d’agiter les gros poissons depuis leur pirogue dont la voile (faite d’un sac de riz) se gonfle au vent. Quand ils nous voient sur la plage dans la petite crique, ils s’approchent, et c’est l’attroupement : nous regardons ce qu’on nous propose, et là commence le marchandage « ne malgache »… Faut s’y habituer. Jamais, ils ne repartent sans avoir vendu une partie de leurs prises. Nous déjeunons de gros cabots de fond, de poissons-aiguilles, de dorades roses… et de nombreux poissons dont nous ignorons les noms.

pêche 6a pêche

 

pêche 4 pêche 3

pêche poisson rouge pêchepoisson rouge bis

 Pour les carris de poissons et les courts-bouillons, c'est Jean-Michel, cuistot de l'AAHL qui s'y colle, mais pour l'écaillage, le découpage et les grillades, c'est BRRuno (ici, on roule les RRR), un gars du pays,  le responsable !

pêche 8

 

D’autres fois, c’est un vieux pêcheur, édenté et malingre, qui  arrive, dans l’intention de vendre des huîtres. Le jour de notre arrivée, il est déjà là, avec des huîtres et de petits citrons juteux. Nous lui précisons la quantité que nous souhaitons acheter, il s’assied alors dans le sable, et  se met à l’ouvrage : il  ouvre les douzaines commandées.  Il reviendra et nous lui  rachèterons des huîtres mais aussi à deux reprises des moules. Comme ce personnage ne livre ses secrets de pêche à personne, pas même aux siens, il est à parier que bientôt –à sa disparition- on ne se délectera  plus de ces coquillages à Lokaro.

 

pêche 5 pêche huitres

 

pêche huitres '  pêche 2a

Il est aussi dans ce village un habitant spécialisé dans la pêche aux langoustes. Reijak, pêche 6plonge profondément, en apnée. A quatre reprises, nous lui achetons ces délicieuses bestioles, qui restent dans l’eau de mer jusqu’à la préparation. Sur le « fataper » ( brasero en métal) nous  les cuisinons soit au court-bouillon, soit en carry ou encore tout simplement grillées, c’est cette dernière recette que je préfère ! Un jour, un pêcheur de langoustes du village voisin  vient nous proposer sa pêche et là nous découvrons avec horreur qu’il a une énorme brûlure au bras, et malgré cette plaie, datant de deux jours il continuait à sonder les profondeurs…

pêche repas langoustes

Un autre mets délicieux : les crevettes. Une dame de Vaturuk vient régulièrement à pied au village avec des paniers remplis de crevettes. On ne s’en lasse pas ! 2500 ariarys ( 1 euro)  le kilo, et quand elle trie pour nous donner les plus grosses, le prix est de 3000 ariarys le kilo. Petit rappel : une demi-journée de travail équivaut à 2500 ariarys, soit 1 euro  de salaire. Souvent nous les décortiquons et les coupons pour les ajouter à une salade mixte ( ananas, concombres, choux, tomates…) des légumes que nous trempons dans le « permanganate » avant de les consommer…

 

pêche crevettes

 

(à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans voyages Ocean Indien
commenter cet article

commentaires