Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 11:41

 Le cyclone Béjisa qui a marqué les esprits les premiers jours de l'année 2014 a laissé des traces encore visibles un mois et demi après son passage.

Par exemple, toutes les couvertures des kiosques de la plage Ti Sable de Grand Bois ont perdu leurs bardeaux.

traces Béjisa bardeaux kiosques

Quelques arbres du parking du Décathlon de la zone Canabady gisent encore à terre.

traces Bejisa décathlon

Certains vieux filaos de la plage de l'Ermitage n'ont pas résisté : d'énormes souches occupent encore le parking. De nombreux  sentiers de randonnées sont encore impraticables en raison des éboulis...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Ciel
commenter cet article

commentaires

Milou 19/02/2014 18:01


Oh les vieux souvenirs des cyclones qui remontent... c'est désolant...


Ici, en Bretagne la tempête ne fait pas mieux en laissant beaucoup de désolation derrière elle. la Nature est vraiment bien plus forte que nous.


Bonne soirée

Jacqueline Dallem 20/02/2014 10:27



Il est vrai qu'on est impuissant devant la force de l'eau ! Contre les cyclones on ne peut pas grand chose, mais les Réunionnais savent se prémunir, habitués à cette situation.


Mais ne sommes nous pas en partie responsables de ce qui se passe aux embouchures des rivières ? On oublie de laisser les cours d'eau s'étaler comme autrefois, on construit n'importe où, au lieu
de garder ses distances (les anciens l'avaient bien compris) et puis on déboise les collines et forcément l'eau n'est plus retenue et gonfle les fleuves... Du coup les villes situées en aval sont
menacées. Ajoutons à cela les problèmes climatiques...On pourrait aussi imaginer qu'on nomme "un parrain" par cours d'eau qui rendrait compte des problèmes aux autorités (débit, pollution, permis
de construire autorisé sans contrôle...)