Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 15:51

Suite à l’article sur la Caheb, Gérard, notre personne – ressource de l’île, nous livre quelques remarques sur la distillation du vétiver :


« Astuce des anciens pour le vétyver.


La distillation du vétyver est particulièrement délicate. Traditionnellement, les essences se séparent par effet de densité par rapport à l'eau. Parfois l'essence est plus légère et flotte sur l'eau parfois c'est le contraire. En ce qui concerne le vétyver, l'essence se sépare par densité évidemment mais une partie importante reste mélangée DANS l'eau. Les techniciens de la CAHEB jetaient beaucoup d'eau et ne comprenaient pas pourquoi leur distillation produisait 1/3 moins que les alambics traditionnels. Un vieux Tamponnais (Carnot Dijoux, il a un superbe alambic près de la caserne des pompiers du Tampon) leur a expliqué l'astuce. Il leur a aussi expliqué comment récupérer l'essence mélangée à l'eau. Une vieille recette des habitants du Tampon et des hauts. Voudriez-vous la connaître ? » Gérard


A suivre… si notre correspondant veut bien nous livrer ce secret...


Le vétiver est donc utilisée en parfumerie ! Les autochtones emploient aussi sa racine pour parfumer les armoires et faire fuir les mites


Le vétyver, c'est quoi au juste ?


C’est une plante dont on recueille la racine pour la distiller. On n’en plante quasiment plus car cette culture n’est pas rentable et exige du terrain. La canne étant subventionnée, c’est elle qui occupe la plupart des surfaces cultivables…
Le vétiver  se présente sous la forme de grandes touffes vertes. Sa racine qui se développe verticalement peut atteindre 3 mètres . On récolte cette dernière 10 mois après le repiquage quand la plante a sa taille adulte.


vetiver vetiver 2
                           Chemin des alambics au Tampon à la Caheb

Il sert à fixer les sols .
Comme la plante est très résistante à la sécheresse, elle peut fixer les terres dans les pays désertiques et semi-désertiques.


                      vetiver 3
                              Case en vétiver reconstituée au Conservatoire Botanique des Mascarins à Saint Leu

Le vétiver servait aussi dans la construction des cases.
La feuille qui n'est pas parfumée sert à couvrir les toits, confectionner des paniers et est également utilisée comme litière pour les animaux.


Des essais sont en cours actuellement pour déterminer la capacité du vétiver à épurer les eaux polluées et à fixer l'excès de gaz carbonique de l'atmosphère. C’est ce qu’on fait déjà dans certaines communes en Allemagne avec les roseaux et c’est ce qu’on appelle  « la rhizosphère », Le procédé est peu coûteux et écologique. On parlera peut-être dans un proche avenir de « vétiverosphère »…

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Kockelmann 14/02/2011 10:14



Bonjour Madame Dallem


 


J'habite en RDC et travaille depuis peu dans la relance d'activités de distillation dont celle du Vetiver. L'astuce de séparartion de l'eau contenue dans une partie de l'huile distillée a t elle
été révélée? Nous souhaitons ici obtenir un produit de distillation de meilleur qualité. Pouvons nous correspondre sur la question?


Dans l'attente de votre réponse


 


Cordialement 


 


Virginie Kockelmann



Jacqueline Dallem 14/02/2011 12:03



Voilà le commentaire que Gérard Moutien a mis sur mon blog pour en expliquer la technique :
"Lorsque les techniciens de la CAHEB ont réalisé que leur alambic produisait un tiers moins d'essence de vétyver que les vieux modèles, ils ne savaient que faire. Carnot Dijoux (un vieux
Tamponnais amoureux des appareils de musique comme des essences) leur a enseigné une astuce incroyable. Une  fois récupérée l'essence distincte par densité avec l'eau, il restait donc de
l'eau... Cette eau était mélangée elle-aussi à l'essence de vétyver! Il fallait donc la récupérer et non la jeter comme le faisait les jeunes techniciens. Au fait comment retirer de l'essence à
de l'eau? Simplement en trempant dans cette eau un morceau de laine. L'imprégnation de la laine séparait l'eau de l'essence de vétyver. Ainsi était résolu le problème du tiers manquant d'essence
par rapport aux ancien alambics..."



Apprenti Webmaster Junior 29/12/2009 19:13


Astuce Vétyver (suite).
Lorsque les techniciens de la CAHEB ont réalisé que leur alambic produisait un tiers moins d'essence de vétyver que les vieux modèles, ils ne savaient que faire. Carnot Dijoux (un vieux Tamponnais
amoureux des appareils de musique comme des essences) leur a enseigné une astuce incroyable. Une  fois récupérée l'essence distincte par densité avec l'eau, il restait donc de l'eau... Cette
eau était mélangée elle-aussi à l'essence de vétyver! Il fallait donc la récupérer et non la jeter comme le faisait les jeunes techniciens. Au fait comment retirer de l'essence à de l'eau?
Simplement en trempant dans cette eau un morceau de laine. L'imprégnation de la laine séparait l'eau de l'essence de vétyver. Ainsi était résolu le problème du tiers manquant d'essence par rapport
aux ancien alambics...


Jacqueline Dallem 06/08/2016 14:57

Merci pour cette information. Jacqueline

Phil 06/08/2016 11:56

La récupération de l'essence de vétiver absorbée par la laine se faisait par pressage. Il existait ainsi des presses dans l'ancienne distillerie de Manapany-les-Hauts de Petite-ile, désaffectée en 1994 et démolie par la Région en 2008.

Jacqueline Dallem 30/12/2009 05:05


Et comment récupérait-on l'essence sur la laine ?