Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 00:19

... un beau projet pour cette localité !

 

En bavardant récemment avec des Palmiplainois, j’ai appris qu’un projet très intéressant avait été déposé par une équipe de candidats à l’élection municipale menée par Danio Gaze. Il s’agirait de dynamiser cette petite ville située au cœur de l’île en réimplantant des théiers. Chaque habitant qui le souhaiterait serait mis à contribution. Et ce serait le moyen d'attirer le visiteur et de lui faire découvrir l'endroit, qui trop souvent n'est qu'une étape et très rarement une destination.


« Le thé, explique-t-il, fait partie de l’histoire de la Plaine des Palmistes. »

 

projet-champs-de-the.JPG

                           plaquette du projet présenté par la liste Danio Gaze

 

Dans le livre « La Plaine des Palmistes- Le Pays de la dame au maniveau » écrit par les Jeunes de la Case à Lire, les anciens qui  témoignent évoquent cette période. Les jeunes avec le concours de Madeleine Gaze, présidente de cette association, et d’autres passionnés d’histoire locale, ont réalisé cet ouvrage édité en 2013.

 

 

Le thé à la Plaine des Palmistes : quelques témoignages

 

 

- Solange Grondin a cueilli le thé en 1961. Elle était payée 20 centimes de francs CFA le kilo de thé ramassé. P.43

- Le jour du Cyclone Jenny 28.2.1962, les fils de la famille Rochetaing qui travaillaient dans les champs de thé, à proximité de notre domicile, s’abritèrent chez nous (Julia Robert) p.48

- Le Docteur Moreau a planté du thé en quantité et a construit des cases Tomy pour les gens qui travaillaient sur ses terres, raconte Bébère Rivière, le fontainier.

 

 

Quelques dates

 

Après les premières tentatives en 1910, la culture du thé est relancée à la Réunion à la fin des années 1950. Suite à des essais concluants dans les Hauts de St André, deux cents hectares sont défrichés à la Plaine des Palmistes. Une coopérative est créée en 1962.

 

L’usine  en service depuis 1965 s’arrête de fonctionner en 1972. La production ne dépassera jamais 200 tonnes, mais elle va être concurrencée par le thé de Maurice et des Comores. Pendant trois-quarts de siècle le géranium, et accessoirement le vétiver, le thé et le tabac auront été une bouée de sauvetage pour les « pauvres Blancs » p550  Volume 2 le Grand Livre d’Histoire de la Réunion éd. Orphie

 

Et si l’aventure continuait sous l’impulsion de ces Palmiplainois convaincus  ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Travail
commenter cet article

commentaires