Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 12:26

En quittant un hypermarché de la Zone Canabady, à Saint Pierre, on aperçoit un gros tube en métal savamment illustré par Jace.

 

Jace chez Diogène

 

Les choix opérés par JACE  ne sont jamais innocents. Le dessinateur a choisi de faire de ce cylindre la demeure d’un dénommé Diogène. 

 

Aucune allusion à un quelconque Réunionnais de ce nom, même si le dessin semble donner des attributs typiques au personnage. Ne tient-il pas dans ses mains deux bouteilles (allusion à la soif qu’il fait au pays) ? Le petit gouzou est aussi flanqué d’un chien. (allusion aux chiens errants du même pays ?)

 

Que sait-on de Diogène  grâce aux écrits ?

« Diogène, ce philosophe grec, vivait dehors dans le dénuement, vêtu d’un simple manteau, il était muni d’un bâton, d’une besace et d’une écuelle. » 

Jace a bien croqué certains aspects comme « la vie dehors, le dénuement… » Il a installé  notre personnage dehors, dans le dénuement (vêtu d’une simple couche), mais les autres accessoires ne sont pas là. 

 

Jace chez Diogène2

Les portraits qu’on fait de ce personnage de légende  le présentent soit comme un clochard débauché, soit comme un ascète sévère et cynique qui aurait vécu dans une grande jarre. On a coutume de dire qu’il vivait dans un « tonneau » d’où le choix de Jace de le dessiner sur ce gros cylindre.

 

Et pourquoi installer Diogène en face de ces temples de la consommation que sont les hypermarchés ? Peut-être pour souligner ce contraste criant qu’on voit à la Réunion des gens qui peuvent consommer et de ceux qui  le peuvent moins. 

Que dire de ces bulles : signifient-elles le rêve, l'étonnement devant le flux des consommateurs  ou encore la colère ?
Faut-il voir ce "gouzou" comme un disciple cynique de Diogène ou un "copain de la Bière" qui vous invite à le rejoindre ? Finie l'extrapolation : seul Jace peut répondre à ces questions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Surprise !
commenter cet article

commentaires