Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 17:18

Autrefois, à la Réunion on utilisait des ustensiles de ménage recyclables d’une redoutable efficacité ! On fabriquait par exemple ses brosses et ses balais à partir du maïs ou des noix de coco.

Ainsi, on ôtait les grains de maïs de l’épi et on utilisait l’épi pour brosser et frotter le linge. On n’allait pas à la rivière sans son « coton-maï » comme on l’appelle ici ! ( on ne prononce jamais le S de maïs ) Un moyen de fortune à la portée de toutes les maîtresses de maison. J’ai découvert cette expression à l’occasion d’une interview que les élèves de 6e avaient faite auprès de leurs grands-parents sur  « la vie lontan », et l’objet était encore connu par les jeunes.

On avait aussi dans les foyers la « brosse- coco ». Il s’agissait d’une noix de coco coupée en deux. On la posait sur le plancher et on posait le pied sur le fruit, et c’était parti ! Grâce à un jeu de jambes on lustrait toute la pièce. J’en avais déjà entendu parler, mais c’est à l’occasion de la visite de la Maison Folio à Hell- Bourg que j’ai vu l’objet et ai pu mettre en pratique le brossage de parquet ! Pas facile !

                                                  brosse coco
Ces objets avaient l’avantage de muscler bras et jambes, de donner de la souplesse au poignet pour le premier et de la souplesse  aux chevilles pour le deuxième ! Pas besoin d’aller dans les salles de musculation !

NB : Rassurez-vous,ce ne sont  pas mes jambes (les miennes sont moins musclées), mais celles de notre guide !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Apprenti Webmaster Junior 04/02/2010 10:54


A propos du lavage à la rivière (ou au lavoir), il y avait évidemment le fameux coton-maïs mais aussi des herbes chiendent et au XIXe siècle un peu de cendre (la cendre contient de la soude
qui est à la base des formule savonnée). 


Apprenti Webmaster Junior 04/02/2010 10:50


L'expression "coton-maïs" m'a toujours intrigué. La partie de l'épi une fois égrené n'évoque absolument pas du coton. Ça rappelle plus une tige.
Lors d'un voyage dans l'Orléannais, terre de céréale s'il en est, j'ai plusieurs fois entendu les agriculteurs du pays parler du "cataing de maïs". Je pense que l'on peut y voir l'origine de ce
mot. Quant à sa signification, après moult questions, il semblerait qu'elle soit plutôt du registre de l'allusion grivoise et paillarde...