Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 10:34

 Le Port (974) Base Navale- Mardi 21 février 2012

 

Mardi matin, avec l'UPTS, nous avons eu l’occasion de visiter le Floréal, une frégate de la Marine Nationale dont la mission est de surveiller les eaux territoriales et même internationales.

 P1150590

 Le navire vient de mouiller au Port après une mission de 3 mois ( du 26 octobre 2011 au 8 février 2012), mission de lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes.

P1150490 P1150492

Après avoir montré patte blanche à l’entrée de la base navale ( nos noms et n° de passeport avaient été enregistrés au préalable), nous sommes accueillis par  le commissaire Smialy, chargé des relations publiques.  C’est au commissaire qu’incombent aussi les tâches de gestion du personnel, de la cantine, du matériel…

Ce sont 93 personnes qui sont affectées à ce bâtiment : 84 permanents et 9 hommes du détachement aéronautique (l’hélicoptère  est basé à Gillot). La moyenne d’âge est de 31 ans, on compte 9 femmes à bord.

P1150497

Nous montons à bord de cet imposant bâtiment, une des 6 frégates françaises qui chacune porte le nom d'un mois du calendrier républicain *

 Le Floréal mesure 94 mètres de long sur 14 de large. C'est un bâtiment (de type civil) voguant depuis 1992, .

P1150509 P1150545

 Là, le commandant en second, le lieutenant de vaisseau Ravera nous  explique les missions de la frégate et ses caractéristiques. Elle a une autonomie d’une cinquantaine de jours en mer. Dans la zone ZEE, elle a une mission de surveillance, de répression aussi. Elle observe et repère les fauteurs de trouble, protège la zone économique de pêche, intervient pour des sauvetages en mer, dans des missions humanitaires, à l’occasion d’évacuation de civils. Le navire de 2950 tonnes se déplace à une vitesse maximale de 20 nœuds.

P1150563

Puis nous suivons deux hommes d’équipage, des quartiers-maîtres, fort sympathiques qui répondent à toutes nos questions et nous emmènent dans quasiment toutes les salles du navire à l’exception de celle des machines et celles qui concernent l’armement

.P1150507  

 

P1150541

 Ainsi, nous découvrons  les trois cafétérias de l’équipage ( restaurant et salon équipé d’un téléviseur) où se restaurent chaque jour,en deux services, une quarantaine de personnes. Nous voilà au self où se prépare activement l repas de midi. Il y flotte un agréable fumet.

   

 

 

Nous descendons dans les dortoirs par un escalier en fer. Certaines zones du navire sont climatisées, mais dans d'autres on a l'impression d'étouffer. Nous voyons les unités de vie des personnels  (des lits superposés dans des dortoirs étroits, et un petit espace avec une table et des sièges. Environ 10 personnes sur 9 m2) Il existe aussi des zones où dorment "des passagers", un personnel missionné, des scientifiques...  Les chambres des officiers sont plus spacieuses.

P1150525  P1150528  

Nous avons également accès aux différents bureaux -un ou deux siège(s), une table de travail et une armoire - Nous apprenons qu’il existe aussi un bureau de  « police » à bord.

Nous entrons ensuite dans une salle de commandement borgne  où sont installés plusieurs techniciens chargés de veiller au bon fonctionnement de  la frégate : on y remarque un tableau d’alarme. Les yeux sont rivés sur un tableau affichant la puissance et le fonctionnement des 4  moteurs de propulsion, le réseau électrique.

P1150533

Une jeune femme, titulaire d’un Bac  STG (de mécanique), nous explique que le navire est équipé de 4 moteurs de 2200 CV chacun .  Les ordres sont transmis à ces techniciens depuis la passerelle, un poste de commandement situé à l’étage supérieur.

P1150586   P1150505

Par exemple,  quand un hélicoptère doit de poser et qu’il faut agir sur les machines, réduire l’allure, se positionner, les ordres viennent « d’en haut ». Cette jeune technicienne avoue qu’elle ne s’ennuie pas à bord, parce qu’elle n’est pas assignée à la même tâche, ses activités sont variées, elle se déplace. Mais elle dit qu’elle aussi est amenée à « mettre la main dans le cambouis » pour réparer les pannes. Elle affirme que la cohabitation se passe très bien et que les filles ne sont pas importunées par les hommes.

P1150571 

Quand un hélicoptère est à moins de 2 km de la piste,en phase d'appontage, c’est à la tour de contrôle du navire de lui indiquer la nature du roulis, du vent...  le radar et la radio  le guident.

Lors des manoeuvres 15 hommes sont sur le pont, tous dirigés par l'homme fort de la situation appelé "le Bosco", car il en fait des forces à l'appareillage et au mouillage pour guider les aussières (cordages) .

Tout un système de sécurité se situé à proximité : deux canons à mousse, deux canons à eau, une canalisation, pour circonscrire un incendie éventuel lors de l'appontage.P1150555

Nous avons aussi fait un tour dans les cuisines, la laverie. Près de cette dernière un homme était en train de charger des bouteilles. Il nous dit qu’il s’agit là, non de bouteilles de plongeurs, mais de bouteilles de respiration autonome.

P1150536

Surprise : même une boîte aux lettres jaune affiche des heures de levée ( mais on n’y met que des lettres à destination de la France).     

Clin d'oeil à l'ami Albert

 Une petite coopérative fonctionne également) bord : on y vend des casquettes, t-shirts, porte-clefs…

 

Au nom des membres de l’UPTS qui ont été accueillis à bord du Floréal, la présidente  Chantal Schaefer remet à nos hôtes un cadeau collectif. Merci à tout l'équipage pour cette visite très instructive ! P1150504

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires