Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 11:44

C'est souvent pitié de voir tous ces bardeaux, - ou "tavaillons" comme on les appelle ici- ces témoins d'une architecture bien locale, se dégrader. 

Il n'existe  que deux ou trois tavaillonneurs sur l'île capables de réaliser ces piécettes de bois et de les poser. 
Seules les collectivités où les gens aisés peuvent encore se permettre de payer un mur ou une couverture en "travaillons lontan."

Parfois on se résout à choisir des bardeaux faits de façon industrielle et le résultat n'est pas probant : le bois de qualité moindre n'est pas coupé à l'ancienne et il se fendille et se détache de son support. Finis les bardeaux qui résistent 30 ans et plus aux intempéries ! Il en va ainsi sur ces kiosques le long de la Plage Ti Sable de Grand Bois, ou sur le toit de l'hôtel de ville de St Pierre. Quel dommage !

Ce savoir-faire n'est malheureusement pas transmis à la descendance, ni enseigné dans les écoles... Pourquoi ne pas remettre au goût du jour tous ces métiers d'art ? 

SIi on utilisait des bardeaux dans la construction, c'était pour leur pouvoir isolant. Et il faut avouer qu'une paroi en tavaillons à un certain cachet. 

couverrtur en tavaillons  en piteux état.couverrtur en tavaillons  en piteux état.

couverrtur en tavaillons en piteux état.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Patrimoine de l'île
commenter cet article

commentaires