Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 08:36

Je décide ce jeudi soir vers 17 heures de divaguer dans le Parc des Palmiers. Il fait doux, la chaleur étouffante de la  journée s'est dissipée. C’est une foule de sportifs qui se presse ici à cette heure. C’est le moment idéal pour faire son jogging. Et comme les vacances ne finissent que le 30 janvier, les enfants, les grands-parents sont aussi dans ce superbe parc. Toutes les générations se côtoient ici et se saluent  gentiment.

Le Parc des Palmiers ferme ses portes vers 19 heures (jusque fin mars), au coucher du soleil… Quand le sifflet retentit, je me dis que c’est encore un enfant qui a dû entrer avec son vélo alors que c’est interdit… Il a dû se faire rappeler à l’ordre par le gardien. Le son strident de ce sifflet se fait entendre à plusieurs reprises. Les allées semblent désertes, mais non, voilà encore trois, puis deux coureurs. Un coureur isolé m’annonce qu’on ferme. J’arrive à la grille, la chaîne enroulée trois fois autour des barreaux est déjà cadenassée.

Un homme revient du parking et s’étonne de me voir là, et moi je m’étonne de l’heure de la fermeture. Effectivement il est bien 19h04 !  L’homme, c’est le gardien, semble s’excuser et me dit qu’il a sifflé. Ah bon, c’est donc ça :  le sifflet annonce la fermeture du site. Qu’on se le dise !  Je lui fais remarquer que six ou sept retardataires sont encore en train de courir dans les allées.  Il patientera jusqu’à ce qu’ils arrivent. Impossible pour lui de faire tout le tour… Pourquoi ne pas signaler ce rituel sur la réglementation du Parc ? On oublie facilement l’heure dans ce petit paradis.

J'entends siffler… le gardien.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport végétation
commenter cet article

commentaires