Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 19:03

Louis Noé RIVIERE, originaire de Cilaos (écart de Bras-Sec), âgé de 80 ans aujourd’hui, avait un papa vigneron dans cet écart à quelques kilomètres de Cilaos. Dans sa famille, on plantait aussi le géranium pour récolter son essence.

Noé épouse en 1957 Anne Marie CLAIN une fille de Palmiste Rouge. Le couple s’installe  en 1974 au Tampon où leurs enfants fréquenteront le lycée. Là,  Noé plante des vignes.  Il était déjà installé, et ses vignes produisaient quand Paul Badre, maire de l’époque classe la propriété en « zone verte ».

Les ceps poussaient  en partie à l’endroit  investi actuellement par la ZAC de la Châtoire.  Quelques pieds d’Isabelle mais surtout des plants hybrides couvraient une surface de 10 000 mètres carrés.

Là était installé un chai de 500 mètres carrés où étaient entreposés pas moins de 80 tonneaux qu’il avait fait descendre de Cilaos ! La vigne donnait annuellement 8000 bouteilles de vin !

Noé possédait aussi un terrain devant l’école militaire, terrain occupé aujourd’hui partiellement par un  parking de supermarché.

L’élection d’un nouveau maire  au Tampon en 1983 sonne le glas de cette activité viticole. La municipalité décide en 1990 d’exproprier notre viticulteur.

Après avoir perçu un dédommagement (qui lui rembourse la clôture, les tuteurs, la récolte, les tuyaux, et tous les autres investissements …) , Noé quitte les lieux, le cœur gros. Auparavant, il lui faudra, lors du passage de deux agents de la Répression des Fraudes vider 8 barriques de vin de sa récolte.  C’était le jour de son anniversaire !

Dans la cave de ce sympathique gramoun sont encore entreposés les vestiges de cette époque révolue : des tonneaux (dont un énorme de 600 litres), un pressoir, des dames -jeannes …  

Il était une fois une vigne au Tampon, à la Châtoire !
Il était une fois une vigne au Tampon, à la Châtoire !
Il était une fois une vigne au Tampon, à la Châtoire !
Il était une fois une vigne au Tampon, à la Châtoire !

Un  regard nostalgique sur les bouchons à l’effigie des « Rivière » et sur cet écouvillon qui a dû en rincer des bouteilles… et nous remontons dans le logement pour continuer notre conversation 

L’expropriation l’ affecte énormément. Mais il ne baisse pas les bras.

 

Il se lance dans la culture d’orchidées, et pendant cinq ans il multiplie les plants, en achète différentes variétés. Il part en 1998 pour la métropole où il compte bien développer ce volet de l’économie – les orchidées étant là-bas une denrée rare-. L’entrepreneur confiant installe ses serres à Hyères les Palmiers près de Toulon mais il connaîtra bien des déconvenues… Ce sera le sujet d’un autre article…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Des hommes...
commenter cet article

commentaires