Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 21:36

Alain Robert, Marie et moi avons fait une promenade jusqu’à la chapelle de Bébour-Bélouve.

I. Du village de La Petite Plaine à la Forêt.

Partis de la Rue Rostand, nous avons emprunté la route de Bélouve. Là, Alain natif de la Plaine des Palmistes nous raconte quelques anecdotes qui ont émaillé sa jeunesse. Il a vécu ici 18 ans avant de partir pour la métropole où il a appris un métier et vécu, avant de revenir au pays pour une retraite bien méritée.

La route traverse une immense propriété encore vierge, l’immobilier n’a pas encore fait de ravages. Une maison a choisi de s’installer sous une ligne haute tension, étrange...

Ces terrains appartenaient à Mme Hénou, l’institutrice. La route bordée d’hortensias d’un bleu azur n’est pas très fréquentée : quelques cyclistes se lancent à l’assaut du col, et des vacanciers en voiture se rendent sur les aires de pique-nique.

De la Petite Plaine à la Forêt de Bébour-Bélouve (1)
De la Petite Plaine à la Forêt de Bébour-Bélouve (1)

Les hortensias, plantes non endémiques de la Réunion, vraisemblablement importées par des bretons sont, en dépit de leur beauté, considérées comme une "peste végétale" dans l'île.

Les parents d'Alain avaient un terrain dans les parages où ils cultivaient le songe, la patate douce, le conflore… Comme ils avaient des cochons et des vaches, il fallait les nourrir et les enfants (9 dont 7 garçons) étaient mobilisés pour déterrer les racines, et les préparer, ou pour couper l’herbe…

Devant nous s’élèvent des remparts très hauts d’où coulent plusieurs cascades. Alain nous explique qu’au delà de ces falaises se trouve le plateau de la Plaine des Cafres et là broutent toujours des vaches. Des clôtures longeant les remparts les empêcheraient de chuter dans le vide.

De la Petite Plaine à la Forêt de Bébour-Bélouve (1)

A main droite s’élève un énorme piton : le Piton Rond. « Là, raconte notre ami, mon père est monté avec un oncle le jour de la Libération en 1945, et ils ont planté à son sommet le drapeau tricolore. »

De la Petite Plaine à la Forêt de Bébour-Bélouve (1)

Nous atteignons la forêt de cryptomérias qui a fait place vers 1960 à la forêt primaire où jouaient les enfants du village. Il y avait là plein d’oiseaux et des arbres endémiques. Mais le bois japonais devait apporter un sursaut économique à l’île, et il s’est avéré que les cryptomérias importés du Japon poussaient trop vite et n’étaient pas très intéressants pour l’ébénisterie, on pouvait utiliser leur bois pour les lambris. L’odeur de ce résineux aurait la vertu de chasser les termites… Et on prenait la tête des petits cryptomérias pour les transformer en sapins de Noël.

De la Petite Plaine à la Forêt de Bébour-Bélouve (1)
De la Petite Plaine à la Forêt de Bébour-Bélouve (1)

L’ONF consciente de la nécessité de repeupler l’île d’espèces disparues a déjà commencé ce travail dans certaines portions de la forêt, on y replante par exemple « le bois de fer ».

La Forêt de la Petite Plaine attire les familles : « Acroplaine » est un parc-aventure où les enfants peuvent s’amuser à traverser des ponts, à jouer à Tarzan…

De la Petite Plaine à la Forêt de Bébour-Bélouve (1)
De la Petite Plaine à la Forêt de Bébour-Bélouve (1)

Comme les vacances des Réunionnais ne se terminent que dans deux semaines, les familles sont là avec leurs caris et leurs boules de pétanque pour passer ensemble un agréable moment…(à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée
commenter cet article

commentaires